L’état hypnotique est un état modifié de conscience naturel que nous connaissons au quotidien et très souvent dans nos activités routinières. Il est différent pour chacun, et ce qui fait sa caractéristique principale, c’est cette façon qu’a la conscience de s’écarter pour laisser place à quelque chose de différent, à l’inconscient en quelque sorte. Nous utilisons cela en hypnose ericksonienne pour favoriser le travail inconscient, souvent beaucoup plus efficace que le conscient. Voici quelques exemples tirés du quotidien de la plupart d’entre nous :
en conduisant votre voiture pour aller au travail ou en empruntant un chemin que vous connaissez bien, il arrive quelques fois qu’on se demande ce qui s’est passé ces quelques derniers kilomètres, ou même qu’on prenne automatiquement tel ou tel chemin alors qu’on désire, aujourd’hui, aller ailleurs. Comme si votre cerveau se mettait en mode automatique pour suivre la route, respecter les priorités, les feux, les limitations de vitesse, tout en ayant l’esprit transporté dans vos pensées.
En lisant un bon roman, vous êtes littéralement absorbé par la lecture, et alors que vous continuez à être présent consciemment, à tourner les pages sans y penser, à entendre ce qui vous entoure, à être alerte, il vous arrive d’être transporté au milieu d’émotions, d’images, de sons, d’odeurs ou même parfois de goûts, fabriqués par votre inconscient à la lecture des mots de l’auteur. Comme si vous viviez vous-mêmes les évènements décrits dans le roman. Et lorsque vous revenez au monde conscient qui vous entoure, vous êtes encore parfois comme décalé, comme en train de continuer à vivre et ressentir, d’une façon qui vous est propre, les évènements du livre. Et parfois même, certaines lectures vous changent, vous font porter un regard différent sur les choses…

En regardant un bon film sur un écran suffisamment grand et agréable, tout comme pour un roman, vous êtes toujours consciemment présent de ce qui vous entoure mais d’un autre côté vous êtes plongés dans les images, la musique et les émotions du film, à tel point qu’il arrive parfois d’avoir envie de rire, de pleurer, de s’étonner, de vivre toutes ces émotions véhiculées par les excellents films. Parfois même la notion du temps disparaît, et lorsque le générique de fin défile, on se demande pourquoi ce film est si court alors que celui-ci dure près de 3 heures.